L´ART DE L´ÉCOUTE

  •  

    L’ART D’ANALYSER L’ECOUTE

     

    S avoir analyser « L’Ecoute »,

    A vec sagesse, malgré le prix que cela en coûte,

    V ers un horizon dégagé, l’homme se dirigera,

    O bnubilé par la soif d’apprendre, avidement, il écoutera,

    I l dissèquera, ainsi le bon grain de l’ivraie,

    R eplié dans un silence contenu, dont il en sera tôt ou tard délivré.

     

     

    E ncore faut-il là, une :

    V olonté soutenue, afin de résister à la parole spontanée,

    O u cette dernière va plus vite que la pensée, qui en sera condamnée.

    U tile est le silence dit-on, car il est d’or,

    L ogique, car il procure l’éveil de la parole sensée qui dort.

    O pposer aux discours insipides, l’Ecoute, devient un art, une richesse,

    I ntelligemment pesé, le Silence devient alors sagesse,

    R este, alors le vouloir de réussir ce parcours, rempli de promesses.

    Pour cela, il faut :

    O ser et vouloir, deux verbes aux fonctions indissociables,

    S i bien que l’avenir est traçé sur une voie plus ou moins praticable,

    E ncore faut-il dans le silence, analyser les risques pour que naisse la réussite,

    R isquée est la tâche, mais tôt ou tard pleuvront récompenses et mérites.

    Pour ce fait, il faut:

    S établir une règle de jugement, en analysant thèse et antithèse,

    E t c’est dans la recherche de vérité, qu’en découlera la synthèse.

    Mais il faut toujours :

    T ravailler sans relâche l’art de la parôle juste et sage,

    A ssociée au silence porteur d’équilibre et de vérité, quel auguste présage.

    I ndiscutablement, résultat d’une étude approfondie en son âme et conscience.

    R éussir ses analyses avec détermination et prévoyance,

    E t en toute quiétude pratiquer l’ART de la PAROLE JUSTE.

    CONCLUSION :

    - J’en déduis :

    « Que la richesse du silence, c’est l’art d’analyser l’écoute ».

    ALAIN F.